Démarche bas carbone

Le Parc Bas Carbone ATLANTECH porte son ambition dans son nom. Il est donc explicite que chacun prenant part au projet s’engage dans une optique de conception et d’exploitation raisonnée, ayant pour objectif de réduire à son minimum l’impact environnemental des bâtiments et des aménagements extérieurs associés.

Label Bas carbone ATLANTECH

Pour s’assurer du niveau effectivement Bas Carbone du quartier après réalisation, un label de certification est introduit, portant sur les émissions de gaz à effets de serre liées à la vie des bâtiments : le référentiel Atlantech, couvrant l’analyse de cycle de vie du clos-couvert et l’exploitation du bâtiment.

Des indicateurs simples sont utilisés pour quantifier la performance de chaque projet, aussi bien la consommation d’énergie primaire en exploitation, certifiée par les labels énergétiques, que l’impact carbone des projets, mis en avant par les méthodes d’ACV (Analyse du Cycle de Vie).

Un bilan des émissions de gaz à effet de serre sur le bâti et l’exploitation sera demandé pour toute intervention qu’elle doit destinée à l’aménagement d’un espace extérieur, à la construction d’un bâtiment, à l’extension ou à la restructuration d’un bâtiment existant. Il sera réalisé sur la base des Fiches de Déclaration Environnementales et Sanitaires (FDES), avec la méthode de calcul de la norme XP P01-020-3. Un outil de calcul dédié est fourni par l’équipe de maîtrise d’oeuvre urbaine pour son application.

Afin de garantir l’objectif « Bas carbone » du Parc Technologique de Lagord, un seuil maximum de CO2 a été fixé et devra être respecté par l’ensemble des opérations réalisées sur le site.

Ce seuil s’exprime sur les émissions liées au clos-couvert sur toute sa durée de vie (structure et façades) auxquelles s’ajoutent les émissions liées à l’exploitation du bâtiment, le tout lissé sur 50 ans.

Des batiments certifiés BEPOS ou Passivhaus

Certification BEPOS suivant le référentiel Effinergie.

Implique une performance de 20% plus ambitieuse que celle exigée par la RT2012 (Label Effinergie+) cumulée avec une exigence de compensation des consommations d’énergie par une production d’énergie renouvelable locale.

  • Certification PassivHaus suivant le référentiel du PassivHaus Institut de Darmstadt.

Implique un besoin de chaleur de chauffage prévisionnel inférieur à 15 kWh/m².an et une consommation d’énergie primaire totale inférieure à 120 kWhEP/m².an, et cela suivant un calcul avec la méthode PHPP.

Les opérateurs pourront proposer alternativement la certification par l’un ou l’autre des deux référentiels.

Consommation et production d’électricité

Le Parc Technologique sera équipé d’un réseau de génie civil permettant la mise en place ultérieure d’un réseau de distribution électrique intelligent.Ce dernier consiste en un échange d’informations parallèle à la distribution d’électricité vers les bâtiments, permettant un contrôle des consommations, un éventuel délestage, et une optimisation via la coordination des consommations et productions d’électricité dans et vers les bâtiments. Ce réseau est centralisé vers un poste de pilotage du quartier. Ce poste inclut un dispositif de suivi par le manager de l’énergie du quartier. Cet acteur a pour rôle de surveiller les différentes consommations, et relever les dérives et proposer les optimisations possibles.Tous les bâtiments du site devront donc faire remonter les informations liées à leur consommation et leur production d’électricité en temps réel vers le gestionnaire du site (manager de l’énergie), via le réseau smartgrid qui sera mis en place.

La mise en œuvre de solutions de stockage d’électricité à l’échelle des bâtiments ou îlots est fortement recommandée et encouragée, car permettant de lisser les pointes de production et de consommation d’électricité, améliorant alors significativement le bilan carbone de l’exploitation par la moindre sollicitation indirecte des énergies fossiles au niveau national.